Peau d’âme

Sur les traces de Jacques Demy

Sortie digitale de cette comédie (musicale) documentaire : 20 avril 2018

L’archéologue Oliver Weller fouille, avec son équipe, là où Jacques Demy a tourné plusieurs scènes de son film Peau d’Âne : la cabane où Catherine Deneuve se réfugie pour fuir son père, la clairière où Delphine Seyrig reçoit sa filleule apeurée,…
Tout a disparu mais dès que l’on gratte un peu le sol, perles, paillettes, clous et autres éléments du matériel de tournage apparaissent.
En suivant ces fouilles, Peau d’Âme cherche à approcher la magie de l’œuvre du cinéaste Jacques Demy, le charme du texte de Charles Perrault, la fascination du conte dont les origines se perdent dans la tradition orale et la force des récits dont les premières traces ont été laissées sur les parois des grottes préhistoriques.
Qu’est-ce que cette histoire continue de fouiller en nous ? Notre mémoire profonde ne guiderait-elle pas nos pas ? La quête de cet archéologue du cinéma se prolonge bien plus loin qu’il ne l’aurait imaginé lui-même.

Prix
Prix du public, Festival du film d’Archéologie, Clermont-Ferrand 2017
Mention spéciale du jury Festival international du film d’archéologie, Roveroto (Italie) 2017

Sélections
Festival d’archéologie d’Amiens 2018
Rencontres Archéologie et cinéma, La Narbonnaise 2018
Festival international du film d’archéologie, Roveroto (Italie) 2017
Festival international du film d’Archéologie, Bidasoa (Espagne) 2017
Les rendez-vous de l’Histoire, Blois 2017
Festival de l’histoire de l’art, Fontainebleau 2017
Festival La manufacture d’idées 2017
Etats généraux du documentaire, Lussas 2016
Rencontres internationales science et cinéma, Marseille 2016
Festival international du film scientifique, Pariscience 2016
Science en vue, Paris 2016,…

A été produit en même temps que ce long-métrage la série Le journal d’un archéologue du merveilleux

Réalisateur : Pierre Oscar Lévy
Sur une idée originale d’Olivier Weller
Image : Jean-Jacques Bouhon – AFC
Montage : Isabelle Martin
Musique : Antoine Duhamel © Sidomusic B. Liechti & Cie
Production : Look at Sciences
Coproduction : Universcience, Ciné Tamaris, Laboratoire Trajectoires (CNRS – Université Paris 1) et Vidéo de Poche
Avec la participation du CNC – Fonds Nouveaux Médias et de l’Amcsti
Avec le soutien de la Région Ile-de-France et des Investissements d’Avenir
Distribution : Shellac

2017 – 100min et 16 x 4min
Sortie salles/SVOD/DVD du long métrage : 20 avril 2018
Mise en ligne de la websérie, sur Universcience.tv : courant 2018

Fiche technique complète

Revue de presse
Archéologie : petits indices pour grande Histoire (Pélerin, n°6984, 6 octobre 2016)
« Peau d’âne », les archéologues refont le film (Libération, 3 août 2016)
L’archéologie des contes de fées (Archéologia, n° 542, avril 2016)
A la recherche de Peau d’Âne (Sciences et Avenir n°828, février 2016)
On a retrouvé la cabane de Peau d’âne ! (Télérama 16 décembre 2015)
Déterrer Peau d’âne (Sofilm 2015)
Sur les traces de Peau d’âne (Les Nouvelles de Rambouillet_6 nov 2013)
Les fouilles de la cabane de Peau d’âne (L’Humanité 1er Juin 2015)
L’archéologie comme complément de mémoire… (Service Archéologique des Yvelines)

Ecouter Olivier Weller dans l’émission Le Salon Noir sur France Culture (19/12/2015)
Et dans l’émission Des clics et des claques (19/06/2014)

La fouille de la cabane de Peau d’Âne se poursuit.
Voir le site de l’équipe scientifique : L’archéologie du merveilleux.

—–

Archaeologist Olivier Weller and his team decided to conduct a dig at one of the locations where Jacques Demy shot several scenes from his film Donkeyskin (Peau d’Âne) : the cabin where Catherine Deneuve hides out, the clearing where Delphine Seyrig welcomes her goddaughter,… Sets and props are long gone but pearl-beads, nails, sequins and other traces are revealed at the first tentative scrapings of the surface.Following that survey, Skin Deep Fairytale tries to approach the magic of film-maker Jacques Demy’s work, the charm of Charles Perrault’s text, the tale’s power of fascination, whose origins go back to oral tradition.
Are we researching the story, or is it researching us? The quest of our film archaeologist goes much farther and deeper that he would have imagined himself.