Face à l’élévation du niveau marin, de nouveaux outils pour s’adapter

Les vagues se déroulent à intervalle régulier entre les deux parois vitrées, longues de 40 mètres, et viennent frapper la réplique d’une digue de protection du littoral, ou d’une dune de sable.

Ce canal à houle installé à Caen est un dispositif unique en France par ses dimensions et sa conception. Inauguré le 5 juin 2018 il est destiné à mieux préparer les côtes françaises à l’élévation attendue du niveau de la mer, conséquence du réchauffement climatique.

C’est dans un bâtiment dédié de l’ESITC de Caen (Ecole supérieure d’ingénieurs des travaux et de la construction) que ce canal à houle d’un mètre et demi de profondeur, pour un mètre de large et 40 mètres de long, a été monté au printemps 2018. Pour être au plus près de la réalité, le générateur de houle absorbe l’onde qui revient après avoir rencontré l’obstacle, comme les vagues qui repartent au large. Les vitres sont parfaitement rectilignes pour ne pas perturber l’écoulement. Et sans aucune aspérité pour permettre des mesures optiques. Un système de récupération de l’eau évite le gaspillage entre deux projets de recherche.

Cet investissement conjoint de l’ESITC et de l’Etat, notamment via le Cerema, est justifié par la nécessité de faire face à une élévation attendue du niveau de la mer d’un mètre d’ici 2100. Les bâtiments actuels, les aménagements portuaires, les digues, les contreforts du littoral doivent être adaptés. De nouveaux aménagements pourront être testés grâce à ce canal, qui permet de modéliser des vagues allant jusqu’à 15 mètres de hauteur.

Cécile Dumas

Photos : © Patrice Latron / Lookatsciences

Voir toutes les photos