Après un AVC :
soigner par le jeu

Un pirate naufragé tente d’attaquer d’autres bateaux pirates pour récupérer leur butin et se relancer sur les mers… Dans les locaux du CHU de Montpellier, département de médecine physique et de réadaptation, des patients «jouent» sous le regard attentif d’une équipe de médecins, de chercheurs et d’ergothérapeutes qui testent l’efficacité de nouvelles technologies pour la rééducation de patients souffrant d’une hémiplégie après un accident vasculaire cérébral (AVC).

Cette équipe de Montpellier est pilote pour l’usage des serious games, ces jeux vidéos détournés de leur vocation ludique à des fins d’apprentissage ou de soin. Isabelle Laffont, en collaboration avec Denis Mottet d’Euromov (Laboratoire Mouvement et Santé), et Abdelkader Gouaich du Laboratoire de Robotique, d’Informatique et Microélectronique (LIRMM), ont développé des jeux qui obligent le patient à utiliser son bras affaibli après l’AVC ou à retrouver un meilleur équilibre sur ses deux jambes.

Particularité de ces serious games : une interface permet au thérapeute d’adapter le jeu pour chaque séance et d’enregistrer les performances du patient. Avec le jeu du pirate, Hammer and Planks, une tablette permet au thérapeute de modifier les caractéristiques du jeu pendant la séance.

Pour certains patients, les kinésithérapeutes utilisent l’exosquelette robotisé ARMEO qui soutient le bras du patient pour aider ses mouvements pendant le jeu.

Cécile Dumas

Photos : © Gabrielle Voinot / LookatSciences

Voir le reportage complet