A la recherche du blé de demain

05 09 2016
» agriculture,  photoreportage

La plateforme Pheno3C de l'INRA a proximite de Clermont-Ferrand permet une experimentation en environnement semi-controle de differentes varietes de ble. Les chercheurs cultivent des petites parcelles avec des apports en eau maitrises. Selon leur reaction au stress hydrique, certaines especes seront plus propices au climat de demain. La plateforme au loin avec ses 5000 m2 de culture experimentale.

Recherche nouvelle variété de blé pour climat de demain. Il n’a pas encore vu le jour le blé qui résistera à la sécheresse et évoluera dans un environnement enrichi en CO2. Pour répondre aux besoins futurs des cultures céréalières, des chercheurs de l’INRA tentent d’identifier les gènes qui permettront à une nouvelle variété de blé de voir le jour. Leur principal outil : une plateforme en plein champ leur permettant d’étudier 228 variétés de blé cultivées sur 800 micro-parcelles en simultané. Au total ce sont 5 000 m2 de cultures étudiées dans un environnement semi-contrôlé. En effet, les chercheurs peuvent varier l’apport en eau aux parcelles grâce à un abris roulant qui protège le blé de la pluie de manière automatisée à chaque alerte météorologique. Pour compléter leurs prélèvements au champ, les chercheurs peuvent compter sur une technologie de pointe : technique laser (Lidar) ou encore des robots munis de caméras seront bientôt assistés par des capteurs aéroportés. Une telle infrastructure offre de nombreuses perspectives et pourrait permettre l’étude d’autres facteurs environnementaux comme la concentration en azote nécessaire à la croissance des plantes, ainsi que des études graduées avec plusieurs degrés de sécheresse imposés au blé. En attendant, le prochain objectif sera d’étudier l’impact du CO2 sur les différentes espèces de blé.

Anaïs Culot

Photos : © Patrick Dumas / LookatSciences

Voir le reportage complet

Commentaires fermés.