Des macromolécules organiques détectées dans les grains de la comète Tchoury

08 09 2016
» origines de la vie

Martin Hilchenbach, responsable scientifique de l¿Äôinstrument COSIMA, regarde l'instrument COSIMA en fonctionnement dans sa cuve a vide, en laboratoire. (MPI, Gottingen).

Une matière organique complexe, qui échappe aux dénominations classiques de la chimie, a été identifiée dans des grains cométaires collectés par COSIMA, l’un des instruments embarqués à bord de la sonde Rosetta.

Cette matière ressemble à celle que l’on trouve dans certaines météorites, mais les macromolécules de la comète sont plus riches en hydrogène, ce qui indique qu’elles ont moins chauffé, qu’elles sont moins transformées. Elles seraient donc plus primitives.

COSIMA est conçu pour capturer des grains dans la chevelure de la comète sur des cibles – des petites plaques carrées – pour ensuite les examiner au microscope et analyser les plus intéressantes avec un spectromètre de masse. Cet appareil « pèse » les molécules pour déterminer leur composition. Une réplique de l’instrument COSIMA est conservée dans le laboratoire de l’Institut Max Planck de Göttingen, en Allemagne, et ce double permet aux scientifiques de l’équipe de mener des tests sur différentes molécules pour préparer l’analyse des données envoyées par Rosetta.

Cécile Dumas

Photo : © L’Aventure Rosetta / LookatSciences – Arte France

Voir les autres images

Et à voir : la bande annonce de notre documentaire L’Aventure Rosetta

Commentaires fermés.